Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Le financement des entreprises reste stable

Berne, 09.06.2009 - Le financement des entreprises n’est actuellement pas menacé en Suisse. C’est ce qui ressort d’une enquête menée en avril 2009 auprès de 1722 entreprises sur mandat du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) en collaboration avec l’Union suisse des arts et métiers, economiesuisse et l’Association suisse des banquiers.

Dans le contexte de la crise économique et financière, le SECO, en collaboration avec l’Union suisse des arts et métiers, economiesuisse et l'Association suisse des banquiers, a chargé l’Institut M.I.S. Trend SA de mener, en avril 2009, une enquête téléphonique relative au financement des petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse. L’objectif de l’enquête était d’avoir un aperçu de la situation financière de ces entreprises et de recenser les difficultés éventuelles d’accès aux crédits bancaires. En tout, 1722 entreprises ont été interrogées.

Nombre de PME travaillent sans crédit bancaire
De nombreuses PME (68%) ne disposent d’aucun crédit bancaire ; 65% d’entre elles travaillent exclusivement avec des capitaux propres et 3% recourent à un autre type de financement externe.

Les grandes entreprises font davantage appel aux banques
La propension à recourir à un financement bancaire augmente avec la taille et l’âge de l’entreprise. Ainsi, les entreprises qui disposent d’une ligne de crédit ou d’un crédit bancaire (32% de l’échantillon) représentent 67% des emplois. Dans la plupart des cas, les entreprises ont choisi librement leur mode de financement. Seules 8% des PME interrogées avouent ne pas avoir recours à un crédit bancaire parce que ce dernier leur a été refusé.

Les banques cantonales, partenaires principaux des PME
Selon l’enquête, les banques cantonales sont les partenaires les plus fréquents des PME (35%), suivies par les grandes banques (30%) et les banques Raiffeisen (21%). En général, la tendance à collaborer avec une grande banque augmente avec la taille de l’entreprise.

Pas de modification dans l’octroi de crédit pour la moitié des entreprises
L’enquête s’est concentrée sur les entreprises disposant d’un crédit bancaire et ayant eu recours à un financement externe ces derniers temps, puisqu’elles pouvaient s’exprimer sur leurs expériences concrètes. Elles représentent 10% de l’échantillon d’origine, et 22% des emplois des PME.

Ayant été interrogées sur leur opinion générale, 50% des entreprises ont déclaré que l’accès au financement reste bon. Seules 45% d’entre elles ont estimé que les conditions générales se sont durcies au cours des six derniers mois.

Du point de vue de leurs expériences concrètes, seules certaines d’entres elles (28%) ont été effectivement confrontées à des conditions moins avantageuses ; 19% ont même remarqué une amélioration (2% des entreprises n’ont pas répondu à cette question).

Les PME majoritairement optimistes
Les résultats de l’enquête témoignent de la grande stabilité du système. Malgré l’évolution très négative du premier semestre 2009 par rapport à la même période de l’année précédente, les PME envisagent l’avenir avec optimisme : seules 12% d’entre elles craignent une réduction du chiffre d’affaires, alors que 40% prévoient des valeurs stables et 35% d’entre elles tablent même sur une progression de leur chiffre d’affaires (13% n’ont pas donné de réponse).

Le financement n’est pas un obstacle à la croissance
Il convient de mentionner que le manque d’opportunités sur le marché est considéré comme l’obstacle majeur de la croissance. Le manque de financement est vu comme étant nettement moins restrictif et se place donc même après les entraves causées par la charge administrative.

Le financement des entreprises n’est guère menacé en Suisse
Les résultats de l’enquête confirment que le financement des entreprises n’est actuellement pas menacé en Suisse. La majorité des PME – 65% d’entre elles, qui représentent 33% des emplois des PME – travaillant avec des capitaux propres, l'économie suisse est moins vulnérable face à la crise financière mondiale.

Une deuxième enquête sera menée au quatrième trimestre 2009 auprès des entreprises ayant donné leur accord.

 

Adresse pour l'envoi de questions:

Eric Scheidegger, ambassadeur, directeur suppléant du SECO et chef de la Direction de la promotion économique, tél. +41 (0)31 322 29 59
eric.scheidegger@seco.admin.ch

Philippe Jeanneret, chef du secteur Politique PME, Direction de la promotion économique, SECO, tél. +41 (0)31 322 29 61
philippe.jeanneret@seco.admin.ch

Auteur:

Secrétariat d'Etat à l'économie
Internet: http://www.seco.admin.ch


http://www.seco.admin.ch/aktuell/00277/01164/01980/index.html?lang=fr