Secrétariat d'Etat à l'économie SECO

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue



Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Le financement des entreprises reste stable

Berne, 20.11.2009 - Cet automne, le financement des entreprises n’est toujours pas menacé en Suisse. C’est ce qui ressort d’une deuxième enquête menée en octobre 2009 auprès de 551 entreprises sur mandat du Secrétariat d’Etat à l’économie SECO en collaboration avec l’Union suisse des arts et métiers, economiesuisse et l’Association suisse des banquiers.

Dans le contexte de la crise financière, le SECO, en collaboration avec l’Union suisse des arts et métiers, economiesuisse et l'Association suisse des banquiers, a chargé l’Institut M.I.S. Trend SA de mener, en avril 2009, une enquête téléphonique relative au financement des petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse. L’objectif de cette étude était d’avoir un aperçu de la structure de financement de ces entreprises et surtout de recenser leurs difficultés éventuelles à obtenir des crédits bancaires.

Afin de connaître l’évolution des besoins en financement durant les six mois suivant l’étude principale, une nouvelle enquête téléphonique a été réalisée, au cours de la première quinzaine du mois d’octobre, auprès d’un panel de 551 entreprises, soit 79 % des entreprises ayant participé à l’enquête principale et disposant d’une ligne de crédit ou d’un crédit bancaire. Dans 92 % des cas, l'entretien a pu être mené avec la même personne qu'il y a six mois.

Structure du financement
Toutes les entreprises retenues pour le panel disposaient d’une relation bancaire au moment de l’enquête principale. Six mois après, 8 % d’entre elles n’ont plus de relation bancaire. Il s’agit essentiellement de très petites entreprises qui ont trouvé un autre mode de financement (p. ex. héritage, soutien privé, vente de biens immobiliers, etc.). Le retrait de la banque n’est évoqué que dans un cas sur dix.

Evolution des besoins et disponibilité du financement externe
Au cours des six derniers mois, les besoins de financement se sont accrus pour 18 % des PME. Ce chiffre est en léger recul par rapport aux six mois précédents, où il s’établissait à 23 %. L’évolution globale masque toutefois une forte augmentation des besoins de financement des entreprises constituées du seul fondateur (47 % contre 28 % en avril).

Parmi les entreprises ayant récemment eu recours à des fonds externes, 72 % ont obtenu tout ou partie de l’argent demandé, 9 % se sont heurtées à un refus et 16 % ont renoncé à solliciter une banque ou d’autres partenaires de financement. Le taux de refus des banques a légèrement progressé. Ces refus concernent la plupart du temps des entreprises constituées de leur seul fondateur ou qui enregistrent un recul de leur chiffre d’affaires.

Le financement demandé concernait des projets de développement ou d’investissement (pour 49 % des entreprises contre 68 % en avril) ou l’obtention de liquidités (pour 34 %, dont 26 % en raison de retards de paiement ou de faillites de débiteurs, contre 26 % en avril).

Accès au financement
28 % des entreprises considèrent que cet accès s’est détérioré (contre 45 % en avril). En revanche, lorsque l’on interroge les entreprises sur leur vécu durant ces derniers mois, la part de celles ayant enregistré un durcissement du côté de la banque a augmenté, passant de 28 % en avril à 35 %.

Légère amélioration de l’appréciation sur la marche des affaires
31 % des entreprises signalent une progression de leur chiffre d’affaires au cours du dernier semestre (contre 22 % en avril). Toutefois, plus d’un quart des PME revoient leurs prévisions de chiffre d’affaires à la baisse, pour les deux à trois prochaines années, tandis qu’un dixième les revoient à la hausse. Cette tendance se retrouve aussi dans le recul des besoins de financement lié aux projets d’investissement (49 % contre 68 % en avril).

Le financement des entreprises n’est guère menacé en Suisse
La situation n’a guère évolué depuis avril. L’impression générale s’est légèrement améliorée en ce qui concerne la conjoncture et l’accès au financement, tandis que le nombre d’entreprises qui se heurtent à des difficultés pour obtenir des crédits a légèrement augmenté en raison de l’évolution de la conjoncture.

Adresse pour l'envoi de questions:

Philippe Jeanneret, chef du secteur Politique PME, Direction de la promotion économique, SECO, tél. 031 322 29 61 ; philippe.jeanneret@seco.admin.ch

Auteur:

Secrétariat d'Etat à l'économie
Internet: http://www.seco.admin.ch


Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Contact | Informations juridiques
http://www.seco.admin.ch/aktuell/00277/01164/01980/index.html?lang=fr