Adaptation aux changements climatiques: le Conseil fédéral adopte le plan d’action

Berne, 09.04.2014 - Le réchauffement climatique modifie notre environnement. L’augmentation de la température et la modification du régime des précipitations ne représentent pas uniquement un défi pour la prévention des dangers naturels et la gestion de l’eau, mais également pour différents secteurs économiques tels que l’agriculture, la production d’énergie, l’économie forestière et le tourisme. C’est pourquoi le Conseil fédéral a adopté, le 9 avril 2014, le second volet de sa stratégie d’adaptation aux changements climatiques. Ce plan d’action vise à assurer que la Suisse soit préparée aux conséquences du réchauffement climatique.

Les changements climatiques ne s'arrêtent pas aux frontières de la Suisse. Les glaciers fondent, les flancs de montagne escarpés des vallées alpines deviennent instables, des espèces animales et végétales du sud se propagent dans notre pays. D'après les scénarios du changement climatique en Suisse CH2011 de MétéoSuisse, la température moyenne annuelle passera de 1,2 à 4,8°C d'ici à la fin du XXIe siècle, et les précipitations estivales diminueront de 8 à 28%.  Par ailleurs, il faut s'attendre à plus d'événements extrêmes avec des modifications significatives du cycle de l'eau.

Les changements climatiques et leurs conséquences exigent une politique climatique axée sur le long terme. La réduction des émissions de gaz à effet de serre reste prioritaire. Par conséquent, la Suisse mène une politique active de réduction de ce gaz avec la loi sur le CO2, et contribue ainsi à l'objectif de deux degrés. Le réchauffement pouvant au mieux être limité, l'adaptation aux conséquences des changements climatiques revêt une importance croissante.

Minimiser les risques, accroître la capacité d'adaptation

Le plan d'action, que le Conseil fédéral a adopté le 9 avril 2014, est le second volet de la stratégie du Conseil fédéral pour l'adaptation aux changements climatiques, dont les principes et les grands axes ont été approuvés le 12 mars 2012. Ce plan d'action regroupe des mesures déjà planifiées ou à développer dans neuf secteurs: gestion des eaux, gestion des dangers naturels, agriculture, gestion des forêts, énergie, tourisme, gestion de la biodiversité, santé et développement territorial. Ces mesures seront pour la plupart mises en œuvre dans le cadre des différentes politiques sectorielles. 

Les mesures d'adaptation pour la gestion des eaux visent par exemple à assurer les fonctions de protection et d'utilisation des eaux, même dans un contexte climatique modifié. Au premier plan figurent le stockage, la distribution et l'utilisation adaptée de l'eau.  L'élaboration de plans de gestion des eaux à long terme, ainsi que l'examen du rôle possible des lacs naturels et artificiels pour l'approvisionnement en eau et la protection contre les crues en font également partie. 

Quant à la gestion des dangers naturels, l'adaptation aux changements climatiques est prise en compte dans la stratégie dangers naturels et la gestion intégrée des risques. Les mesures d'adaptation visent à détecter précocement l'évolution des situations de risque liées aux changements climatiques, à limiter les dégâts potentiels grâce à des mesures  d'aménagement du territoire et à des mesures de protection solides et adaptables, ainsi qu'à optimiser la prévention et la gestion des sinistres (voir encadré pour les autres mesures sectorielles). 

Améliorer la collaboration transversale

L'amélioration des connaissances transversales ainsi que la coordination et la collaboration dans le domaine des changements climatiques font aussi partie des objectifs du plan d'action. Il s'agit notamment d'élaborer des scénarios climatiques et hydrologiques pour la Suisse et d'analyser, pour l'ensemble de la Suisse, les risques mais aussi les opportunités découlant des changements climatiques (voir fiche). La collaboration entre la Confédération, les cantons et les communes doit elle aussi être améliorée, notamment en coordonnant les activités entre les différents niveaux. Un programme pilote a été lancé pour initier et encourager la mise en œuvre d'activités d'adaptation dans les régions (voir fiche).

Le plan d'action fixe le cadre dans lequel la stratégie d'adaptation doit être mise en œuvre durant la période de 2014 à 2019. L'évolution de l'application des mesures et les effets escomptés sont régulièrement examinés. Les prochaines étapes seront décidées au plus tard en 2019.

Autres mesures sectorielles:

- Dans le secteur de l'agriculture, la production doit être adaptée aux nouvelles conditions locales. Il s'agit en particulier d'étudier comment tirer au mieux profit de l'allongement de la période de végétation, d'analyser les conséquences du réchauffement sur les insectes nuisibles et d'examiner les possibilités de promotion de systèmes de production économes en eau ou de nouvelles formes d'irrigation.

- Dans le secteur de la gestion des forêts, il convient avant tout d'améliorer la capacité d'adaptation des forêts (choix des espèces, soins spécifiques). Une attention particulière doit être portée aux forêts protectrices car leur effet de protection contre les dangers naturel est menacé par un rajeunissement insuffisant et une stabilité des peuplements affaiblie.

- Les mesures d'adaptation dans le secteur de l'énergie visent, d'une part, à réduire à un minimum les besoins en électricité pour le refroidissement et la climatisation des bâtiments et, d'autre part, à analyser de manière approfondie les impacts des changements climatiques sur la production d'énergie, les installations de production et les infrastructures de transport.

- Dans le secteur du tourisme, les mesures doivent contribuer à ce que la Suisse reste une destination attrayante et compétitive à long terme. Il s'agit donc de développer et de diversifier l'offre de la place touristique suisse.

- Les mesures du secteur de la gestion de la biodiversité complètent le plan d'action de la Stratégie Biodiversité Suisse, qui doit être approuvé par le Conseil fédéral en automne 2014. Elles consistent à évaluer les risques supplémentaires pour la biodiversité en raison des changements climatiques, à conserver les milieux naturels précieux et à garantir les prestations des écosystèmes malgré l'évolution du climat.

- Dans le secteur de la santé, il convient en particulier d'améliorer la préparation aux longues périodes de chaleur et de surveiller l'évolution des maladies infectieuses et des vecteurs de maladies.

- Les mesures du développement territorial visent à améliorer les capacités d'adaptation de ce secteur face aux changements climatiques et de réduire le potentiel de dégâts des phénomènes naturels dangereux. Il s'agit notamment d'étudier la possibilité d'introduire, dans la loi sur l'aménagement du territoire (LAT), en cours de révision, un principe de planification relatif à l'adaptation aux changements climatiques et à la réduction des impacts de ceux-ci.


Adresse pour l'envoi de questions

M. Roland Hohmann, division Climat, Office fédéral de l’environnement (OFEV), tél. +41 58 465 58 83



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Dernière modification 14.09.2020

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
courriel

Porte-parole

Livia Willi Yéré
tél. +41 58 469 69 28
courriel

Porte-parole

Nadine Mathys
tél. +41 58 481 86 47
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-52605.html