Exportations de matériel de guerre en 2017

Berne, 27.02.2018 - En 2017, les entreprises suisses ont exporté pour 446,8 millions de francs de matériel de guerre vers 64 pays sur la base des autorisations du SECO, ce qui correspond à une augmentation de 8 % par rapport à l’année précédente et à une part de 0,15 %* dans les exportations totales de marchandises de l’économie suisse.

Contrairement à l’ensemble des exportations de marchandises** depuis la Suisse, qui ont baissé d’environ 1 % par rapport à l’année précédente, les exportations de matériel de guerre ont affiché une légère augmentation de 34,9 millions de francs pour se porter à 446,8 millions de francs, contre 411,9 millions de francs en 2016 (environ +8 %).

L’Allemagne, premier acheteur
Les principales opérations ont concerné l’exportation de systèmes de défense antiaérienne vers la Thaïlande (87,6 millions), la livraison de différents types de munitions et de composants de munitions vers l’Allemagne (78,3 millions) et d’appareils de conduite de tir pour systèmes de défense antiaérienne vers le Brésil (32,9 millions).

Quelque 53 % (58 % en 2016) du matériel de guerre exporté avait pour destination les 25 pays mentionnés à l’annexe 2 de l’ordonnance sur le matériel de guerre (OMG), qui ont adhéré aux quatre régimes internationaux de contrôle à l’exportation de biens sensibles sur le plan stratégique (Groupe des pays fournisseurs nucléaires, Groupe d’Australie, Régime de contrôle de la technologie des missiles, Arrangement de Wassenaar)***.

Réparties par continent, 49,8 % (51,9 % en 2016) des exportations ont pris le chemin de l’Europe, 14,3 % (11,2 %) celui des États-Unis, 28,5 % (24,4 %) celui de l’Asie, 7,3 % (12,4 %) celui de l’Afrique et 0,1 % (0,1 %) celui de l’Australie.

Les cinq plus grands pays importateurs de matériel de guerre ont été l’Allemagne, avec des livraisons d’une valeur de 117,7 millions de francs, suivie de la Thaïlande (87,6 millions), du Brésil (32,9 millions), de l’Afrique du Sud (32,7 millions) et des États-Unis (27,6 millions).

Réparties selon les catégories de matériel de guerre énumérées à l’annexe 1 OMG, 39,4 % des livraisons effectuées en 2017 ont été constituées de matériel de conduite de tir (cat. KM 5), 30,5 % de munitions et de leurs composants pour armes de tout calibre (cat. KM 3), 8 % d’armes de tout calibre (cat. KM 2), 6,1 % de composants pour avions de combat (cat. KM 10) et 5,3 % d’explosifs militaires et de combustibles militaires (cat. KM 8).

Les 10,7 % restants se sont répartis entre cinq autres catégories de matériel de guerre.

Moins d’autorisations pour des biens militaires spécifiques
Le SECO publie également une statistique des biens militaires spécifiques répertoriés à l’annexe 3 de l’ordonnance sur le contrôle des biens (avions militaires d’entraînement non armés, drones d’exploration ou systèmes de visée nocturne, p. ex.). La valeur totale des permis d’exportation individuels accordés sur la base des critères définis par la législation sur le contrôle des biens s’est élevée à 71 millions de francs en 2017 (693 millions en 2016), dont 0 million (173 millions) pour des opérations autorisées antérieurement. Par conséquent, la valeur des nouvelles opérations (celles autorisées l’an dernier) s’est montée à 71 millions de francs. Ces permis sont valables deux ans et peuvent être prolongés de deux ans au plus ; au-delà de cette période, une nouvelle demande doit être déposée. Le tarif des douanes ne prévoyant pas de répartition pour les biens militaires spécifiques, on ne peut en tirer aucune information sur les marchandises effectivement exportées.

* Le commerce d’or et d’argent en barre et des monnaies étant désormais pris en considération dans la statis-tique du commerce extérieur, on ne peut plus comparer cette valeur avec celle de 2015.
** Ensemble des exportations de marchandises, y compris métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités.
*** Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Suède et République tchèque.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 12.02.2020

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
courriel

Porte-parole

Nadine Mathys
tél. +41 58 481 86 47
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-69916.html