Le produit intérieur brut au 2e trimestre 2017

Berne, 05.09.2017 - Le produit intérieur brut (PIB) réel de la Suisse a progressé de 0,3 % au 2e trimestre 2017.* L’industrie manufacturière, le secteur financier et l’hôtellerie-restauration ont particulièrement soutenu la croissance. Par contre, le commerce, l’administration publique et le secteur de la santé ont affiché un léger repli. Sous l’angle des dépenses, la croissance a été nourrie par la demande intérieure, la consommation et les investissements ayant livré des impulsions positives. La balance commerciale a toutefois freiné la croissance du PIB. La présente estimation trimestrielle se fonde sur les chiffres annuels révisés des comptes nationaux (CN) depuis 1995.

Le PIB de la Suisse a légèrement progressé, de 0,3 %, au 2e trimestre 2017. Par rapport au 1er trimestre (révisé à +0,1 % au lieu de +0,3 %), cela indique une légère accélération de la croissance. Du côté de la production, les secteurs de l’industrie et certains secteurs des services ont été les moteurs de la croissance au 2e trimestre.

L’industrie manufacturière a enregistré une croissance (+0,9 %) supérieure à la moyenne historique, sans réitérer toutefois pleinement la dynamique du trimestre précédent. Par ailleurs, la valeur ajoutée a connu une nette augmentation dans la branche de l’énergie (+2,2 %). Au 2e trimestre, la croissance s’est nettement accélérée dans deux importantes branches des services : l’hôtellerie-restauration (+3,4 %), dont l’expansion avait été timide au trimestre précédent, et le secteur financier (+2,7 %), qui a renoué avec l’évolution positive du 2e semestre 2016 après un 1er trimestre 2017 négatif. Par contre, certaines branches des services ont enregistré un léger repli. La valeur ajoutée a légèrement fléchi dans le commerce (-0,2 %), l’administration publique (-0,1 %) et le secteur de la santé (-0,1 %), et stagné dans les services aux entreprises (+0,0 %).

Selon l’approche du PIB par la dépense, la demande intérieure finale a soutenu la croissance. La consommation privée a connu une embellie modérée (+0,2 %), principalement dans les domaines de la santé, du logement et de l’énergie, des restaurants et des hôtels. Par contre, les dépenses de consommation pour l’habillement et les chaussures ainsi que pour les meubles et l’aménagement intérieur ont reculé. La consommation des administrations publiques a, elle aussi, progressé (+0,3 %). La dynamique des investissements en biens d’équipement (+0,3 %) s’est sensiblement essoufflée par rapport au trimestre précédent. Les rubriques des autres véhicules et des services informatiques ont livré des impulsions positives, tandis que les investissements dans les machines et l’automobile ont accusé un repli. Après deux trimestres anémiques, les investissements dans la construction ont regagné du tonus (+0,8 %).

La balance commerciale des marchandises  et des services a, dans l’ensemble, freiné la croissance du PIB au 2e trimestre. Après une progression des plus vigoureuses au trimestre précédent, les exportations de marchandises** n’ont que légèrement augmenté (+0,5 %), bénéficiant toutefois sur une large assise. Les exportations d’instruments de précision, de montres et de bijouterie, notamment, ont évolué de manière favorable. Les exportations de services ont légèrement fléchi (-0,3 %). Bien que les exportations de services financiers aient progressé, le recul des exportations de services de transport et celui des exportations de licences et de brevets ont toutefois dominé. Dans le même temps, les importations de marchandises** ont bondi (+5,5 %), largement dopées par la forte hausse des importations de produits chimiques et pharmaceutiques. Les importations de services ont également augmenté (+1,7 %), en raison notamment de la hausse de celles des services de télécommunication et d’informatique comme de recherche et de développement.

La présente estimation trimestrielle des CN se fonde sur les chiffres annuels des CN de l’Office fédéral de la statistique (OFS), révisés en profondeur à l’été 2017. Cela concerne tant les niveaux que les taux de croissance des différentes séries chronologiques des CN à partir de 1995. Lorsque cela s’est avéré nécessaire, le SECO a adapté les procédures de trimestrialisation. L’interprétation conjoncturelle des données récentes des CN reste pour l’essentiel inchangée.***

* Sauf indication contraire, les taux de croissance (non annualisés) sont exprimés par rapport au trimestre précédent et se réfèrent aux séries réelles, chaînées, et corrigées des variations saisonnières et des effets calendaires.
** Sans or non monétaire ni objets de valeur.
***Pour de plus amples informations sur les effets de la révision sur les données trimestrielles des CN, se référer à la note technique « Révision 2017 des comptes nationaux trimestriels de la Suisse» disponible à l’adresse www.seco.admin.ch/pib sous la rubrique « Informations complémentaires - Autres ».


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 20.03.2019

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
fax +41 58 462 56 00
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
fax +41 58 462 56 00
courriel

Porte-parole

Livia Willi
tél. +41 58 469 69 28
fax +41 58 462 56 00
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-67977.html