Produit intérieur brut au 1er trimestre 2020 : le coronavirus plombe l’économie

Berne, 03.06.2020 - Le PIB de la Suisse a reculé de −2,6 % au 1er trimestre 2020, après une progression de +0,3 % au trimestre précédent*. La pandémie de coronavirus et les mesures prises pour l’endiguer ont fortement limité l’activité économique au mois de mars, et le plongeon de la conjoncture internationale a pénalisé l’industrie d’exportation.

Le secteur des services, en particulier, a été frappé de plein fouet par les fermetures d’établissements et les restrictions. La valeur ajoutée a ainsi reculé dans presque tous les domaines. Des reculs de proportions historiques ont été enregistrés dans le commerce (–4,4 %) et l’hôtellerie-restauration (–23,4 %) ; celle-ci a souffert dès début mars de la baisse du nombre de touristes étrangers. Le secteur des transports et de la communication (–5,1 %) a été pénalisé par l’allègement des horaires de transports et a enregistré son plus bas niveau depuis trente ans. De nombreux traitements ayant été suspendus, le secteur de la santé (–3,9 %) a lui aussi accusé un recul de proportions historiques. Des impulsions positives sont en revanche venues de l’administration publique (+0,8 %) et du secteur de la finance (+2,3 %), lequel a profité en particulier d’une hausse des opérations avec l’étranger. Dans l’ensemble, les exportations et importations de services s’inscrivent cependant en repli (de resp. –4,4 % et –1,2 %).

Les mesures prises par les autorités pour endiguer la pandémie et le climat de grande incertitude ont entraîné un effondrement général de la consommation privée (–3,5 %). Avec la fermeture des magasins à partir du 17 mars, les achats de meubles ou de vêtements, par exemple, ont fortement régressé, tout comme les dépenses liées à la mobilité, aux loisirs et à la santé. La même tendance à la baisse s’observe en matière d’investissements dans la construction et dans les biens d’équipement (resp. –0,4 % et –4,0 %). La consommation des administrations publiques (+0,7 %) a été la seule composante indigène de la demande à soutenir la conjoncture. Dans l’ensemble, la demande intérieure finale enregistre son plus net recul des dernières décennies (–2,7 %).

Les principaux partenaires commerciaux de la Suisse ont eux aussi vu leur situation économique se dégrader fortement. Les branches de l’industrie sensibles à la conjoncture, comme l’industrie des machines et des métaux ou celle des instruments de précision et de l’horlogerie, en ont été pénalisées. La valeur ajoutée des industries manufacturières a connu son recul le plus marqué (–1,3 %) depuis le choc du franc fort début 2015, et les exportations ont fortement régressé dans de nombreuses branches de l’industrie. En revanche, les exportations de l’industrie chimique et pharmaceutique, qui pèse lourd dans la balance, et le commerce de transit ont connu une évolution positive, si bien que le montant total des exportations de marchandises** a augmenté (+3,4 %). Les importations de marchandises ont quant à elles chuté (–1,1 %) parallèlement à la contraction de la demande intérieure.

Remarque méthodologique
La pandémie de coronavirus affecte également l’établissement des statistiques. Conformément aux recommandations d’Eurostat, les données de bases et les méthodes utilisées pour le calcul du PIB ont été révisées en détail afin d’éviter toute distorsion liée à la pandémie***. En particulier, des informations récentes concernant le nombre de préavis de réduction de l’horaire de travail et les décomptes établis à ce jour sont venues s’ajouter aux sources de données habituelles. Les résultats ont en outre été vérifiés pour tenir compte des mesures sanitaires en application de l’ordonnance 2 COVID-19 du Conseil fédéral. Enfin, tous les modèles de correction des variations saisonnières ont été passés au crible et adaptés lorsque cela s’est avéré nécessaire. Compte tenu de l’état actuel des données, et malgré toutes ces précautions, il n’est pas exclu que les chiffres présentés ici doivent subir des révisions plus importantes que d’ordinaire.

*Variations réelles par rapport au trimestre précédent. Données et informations supplémentaires : www.seco.admin.ch/pib.

**Hors objets de valeur.

***https://ec.europa.eu/eurostat/data/metadata/covid-19-support-for-statisticians


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 14.09.2020

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
courriel

Porte-parole

Livia Willi Yéré
tél. +41 58 469 69 28
courriel

Porte-parole

Nadine Mathys
tél. +41 58 481 86 47
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-79316.html