Prévisions : la contraction de l’économie en 2020 sera moins forte que redouté

Berne, 12.10.2020 - Prévisions conjoncturelles du Groupe d’experts de la Confédération – octobre 2020* - Le Groupe d’experts de la Confédération table pour 2020 sur un recul de 3,8 % du PIB corrigé des effets des manifestations sportives et sur un taux de chômage de 3,2 % en moyenne annuelle. Les perspectives pour 2020 sont ainsi moins négatives que celles établies en juin. Par la suite, la dynamique de reprise devrait faiblir.

Dès la fin du mois d’avril, l’économie suisse a enregistré un fort mouvement de reprise déclenché par l’assouplissement des mesures de santé publique. Au 2e trimestre, tant la consommation que les investissements ont été supérieurs aux attentes ; quant au recours au chômage partiel, il a été nettement moindre que ce que l’on redoutait en juin. En résumé, durant le premier semestre 2020, l’économie suisse a été moins affectée que ce que les prévisions de juin ne l’avaient laissé entrevoir.

Le groupe d’experts part du principe que le redressement de l’économie suisse s’est poursuivi au 3e trimestre. Certaines branches, à l’instar d’une partie de l’hôtellerie et de la restauration, ont pu limiter les pertes du fait que la population suisse n’a que très peu voyagé à l’étranger. Par contre, d’autres pans de l’économie ont connu une reprise moins forte, soit parce qu’ils dépendent davantage de la conjoncture internationale (p. ex. une partie de l’industrie manufacturière), soit parce qu’ils ont été plus directement affectés par la pandémie de coronavirus et par les mesures visant à la combattre (p. ex. tourisme international et grandes manifestations). Par conséquent, la reprise économique demeure limitée et la plupart des secteurs n’ont toujours pas renoué avec les chiffres de l’an passé. En septembre, presque 50 000 personnes de plus qu’un an auparavant étaient au chômage.

Pour l’ensemble de l’année 2020, le groupe d’experts s’attend à un recul du PIB de 3,8 % (prévisions de juin : −6,2 %). Ce serait le plus fort recul du PIB depuis 1975. Côté marché du travail, l’emploi devrait également s’inscrire à la baisse, de sorte que le taux de chômage atteindra 3,2 % en moyenne annuelle (prévisions de juin : 3,8 %).

Par la suite, la reprise économique devrait se poursuivre en Suisse, bien qu’à un rythme modéré. Le groupe d’experts s’attend à ce que le PIB corrigé des effets des manifestations sportives atteigne 3,8 % en 2021 (prévisions de juin : 4,9 %) : l’économie renouerait alors avec son niveau d’avant la crise vers la fin de l’année 2021, pour autant que ni la Suisse ni ses principaux partenaires commerciaux n’instaurent un nouveau confinement à large échelle. Si le contexte demeure favorable, les dépenses de consommation privée et d’investissement devraient connaître une reprise graduelle, même si elles resteront plombées par les pertes de revenu et par la grande incertitude persistante.

En 2021, la situation à l’échelle internationale devrait différer en fonction des régions : si les pays du sud de l’Europe, à vocation éminemment touristique, souffriront particulièrement fort de la crise du coronavirus, d’autres pays comme les États-Unis et l’Allemagne devraient connaître un redressement plus rapide. D’une manière générale, l’économie mondiale ne renouera que progressivement avec son niveau d’avant la crise, ce qui affectera les secteurs exportateurs suisse sensibles à la conjoncture. Le marché de l’emploi ne se rétablira que lentement : selon les prévisions, le taux de chômage passera à 3,4 % en moyenne annuelle (prévisions de juin : 4,1 %) et la croissance de l’emploi sera très faible.

Risques conjoncturels
Les principaux risques conjoncturels demeurent liés à l’évolution de la pandémie de coronavirus et à la manière dont les acteurs économiques et politiques y réagiront.

Les incertitudes pourraient avoir moins de répercussions négatives sur la consommation et les investissements que ne laissent penser les prévisions, voire nettement reculer si des vaccins étaient mis sur le marché, par exemple. On pourrait alors tabler sur une reprise conjoncturelle nettement plus rapide.

À l’inverse, la reprise pourrait connaître un coup d’arrêt en cas de réintroduction à large échelle des fermetures d’établissements et de frontières. La probabilité d’effets de second tour tels que la suppression d’emplois et la faillite d’entreprises en grand nombre s’accroîtrait fortement. En outre, une évolution économique morose aggraverait les risques liés à l’augmentation de la dette publique et de la dette des entreprises.

Des conflits commerciaux internationaux constituent un autre facteur de risque pour la conjoncture mondiale, qui reste fragile. Cette dernière serait frappée d’un poids supplémentaire en cas de Brexit « dur » – scénario dont la probabilité s’est accrue ces derniers temps. Quant aux risques de turbulences sur les marchés financiers et d’un renforcement de la pression à la hausse sur le franc, ils demeurent élevés.

Enfin, en Suisse, le risque d’une sévère correction dans le secteur de l’immobilier demeure.

*  Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez consulter le chapitre « Prévisions conjoncturelles » de la dernière édition de la publication « Tendances conjoncturelles », disponible (en allemand) sous www.seco.admin.ch/previsions-conjoncturelles. Le rapport complet paraîtra en français le 22 octobre.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 14.09.2020

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
courriel

Porte-parole

Livia Willi Yéré
tél. +41 58 469 69 28
courriel

Porte-parole

Nadine Mathys
tél. +41 58 481 86 47
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-80656.html