Le produit intérieur brut au 1er trimestre 2013

Berne, 30.05.2013 - Le produit intérieur brut (PIB) réel de la Suisse a augmenté de 0,6 % au 1er trimestre 2013 par rapport trimestre précédent *. La consommation privée, les investissements dans la construction et le commerce extérieur ont livré des impulsions positives à la croissance, alors que les investissements en biens d’équipement ont reculé. Du point de vue de la production, la valeur ajoutée a progressé dans plusieurs secteurs d’activité au 1er trimestre, notamment dans l’industrie, le bâtiment et le génie civil, dans le secteur financier et également dans divers services non financiers publics et privés. Le PIB réel a progressé de 1,1 % par rapport au 1er trimestre 2012.

Au 1er trimestre 2013, les dépenses de consommation des ménages se sont accrues de 0,6 % par rapport au trimestre précédent. Les plus importantes contributions à la croissance proviennent des rubriques santé et logement. Les dépenses de consommation de l’Etat et des assurances sociales ont diminué de 0,9 % au 1er trimestre 2013.

La formation brute de capital fixe a enregistré un recul (-0,3 %) au 1er trimestre 2013. Les investissements dans la construction ont augmenté de 0,3 %, tandis que les investissements en biens d’équipement se sont inscrits à la baisse (-0,8 %).

Les exportations de marchandises (hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités) ont diminué de 0,2 % au 1er trimestre 2013. Toutefois, cette évolution a été marquée dans une large mesure par un événement spécial non lié à la conjoncture, à savoir l’adaptation du système de relevé du commerce extérieur d’électricité de la Suisse (sans tenir compte de cette adaptation, les exportations de marchandises auraient enregistré une hausse de 1,4 % au 1er trimestre 2013)**. Les exportations de produits chimiques et pharmaceutiques ainsi que celles des instruments de précision, de l’horlogerie et de la bijouterie ont livré les principales impulsions positives. La plupart des autres rubriques ont soit stagné soit légèrement reculé.

Les importations de marchandises (hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités) ont, elles aussi, été marquées par le nouveau système de relevé du commerce extérieur d’électricité. Les importations de marchandise ont baissé de 2,1 % (sans tenir compte de l’influence des nouvelles données du commerce d’électricité, le recul aurait été plus faible, de -0,9%).

Dans le domaine du commerce des services, les exportations et les importations ont diminué. Les recettes provenant du tourisme (exportations touristiques) ont perdu 1,4 %, et les autres exportations de services ont enregistré un recul de 0,3 %. Les dépenses du tourisme (importations touristiques) ont diminué également (-1,2 %), de même que les autres importations de services (-1,9 %).

En ce concerne la création de valeur ajoutée, la croissance a été soutenue par plusieurs secteurs d’activité au 1er trimestre. Après avoir reculé au 4e trimestre 2012, la valeur ajoutée dans l’industrie a renoué avec une légère croissance au début d’année 2013 (+0,3 %). Une augmentation relativement forte de la valeur ajoutée a été enregistrée dans le bâtiment et le génie civil (+2,5 %). De nombreux services non financiers publics et privés (exception faite toutefois de la branche hébergement et restauration qui a enregistré une baisse) ont affiché une valeur ajoutée en hausse. Cette tendance s’observe particulièrement dans les domaines de la santé et des affaires sociales (+2 %). La valeur ajoutée des services financiers (+1,2 %) et celle des services d’assurance (+1,4 %) ont également augmenté. Par contre, les domaines du commerce, de l’hôtellerie et la restauration, des transports et des communications (-0,1 %) ont ralenti la croissance du PIB.

Le déflateur du PIB a augmenté de 0,1 % par rapport au 1er trimestre 2012. En comparaison avec le même trimestre de l’année précédente, le déflateur de la consommation privée fléchit depuis le 4e trimestre 2011 ; au cours du 1er trimestre 2013, il a enregistré un recul de 0,6 %. Depuis le 2e trimestre 2009, les prix des investissements dans les biens d’équipement diminuent de façon régulière; au 1er trimestre 2013, cette baisse a atteint 1,1 %. Le déflateur des investissements dans la construction a augmenté de 0,2 % au 1er trimestre 2013. Après une phase prolongée de baisse entre la mi-2009 et la mi-2012, les prix du commerce extérieur (exportations et importations) ont recommencé à croître légèrement depuis trois trimestres. Le déflateur des exportations a augmenté de 0,5 % au 1er trimestre 2013 et celui des importations de 1,3 %.

*Sauf mention contraire, les taux de variation indiqués dans ce communiqué se réfèrent aux variations par rap¬port au trimestre précédent. Les variations sont calculées à partir des données corrigées des variations saisonnières et de l’évolution des prix (les variations d’un trimestre à l’autre ne sont pas annualisées). L’adjectif «réel» est utilisé en lieu et place de la formulation officielle («aux prix de l’année précédente, séries chaînées, année de référence 2005»). Dans la terminologie officielle, il est aussi question d’«évolution en volume».

**Les conséquences de cette adaptation sur les résultats des comptes trimestriels sont expliquées dans une note technique (note technique du 30.05.2013) disponible sous :
 http://www.seco.admin.ch/themen/00374/00456/00458/index.html?lang=fr , rubrique « Notes techniques ».
Pour plus de détails sur l’origine de cette adaptation, on pourra consulter les informations mises à disposition par l’Office fédéral de l’Energie (OFEN) sous :
http://www.bfe.admin.ch/themen/00526/00541/00542/00630/index.html?lang=fr&dossier_id=05854.
L’adaptation du système de relevé du commerce extérieur d’électricité n’a cependant pas modifié le solde de la balance commerciale. L’adaptation faite par l’OFEN n’a donc pas d’influence sur la croissance du PIB.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 20.03.2019

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
fax +41 58 462 56 00
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
fax +41 58 462 56 00
courriel

Porte-parole

Livia Willi
tél. +41 58 469 69 28
fax +41 58 462 56 00
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-49032.html