Conjoncture : la reprise dynamique se poursuit

Berne, 20.03.2018 - Prévisions conjoncturelles du Groupe d’experts de la Confédération – printemps 2018*. Le Groupe d’experts de la Confédération s’attend à une poursuite de la reprise conjoncturelle vigoureuse et prévoit pour 2018 une croissance robuste de 2,4 % du PIB. La conjoncture dynamique à l’étranger soutient le commerce extérieur et le climat d’investissement propice stimule la demande intérieure. En 2019, l’économie mondiale devrait connaître un ralentissement progressif, mais le Groupe d’experts table tout de même, pour la Suisse, sur une croissance encore solide de 2,0 % du PIB. L’évolution conjoncturelle favorable va de pair avec la poursuite de l’embellie sur le marché du travail et une hausse modérée du renchérissement.

La situation conjoncturelle en Suisse est à son meilleur depuis la suppression, début 2015, du taux plancher par rapport à l’euro. Au 2e trimestre 2017, la reprise a gagné en dynamisme et a pris de l’ampleur. Outre l’industrie, les branches des services axées sur le marché intérieur ont livré des impulsions positives. L’évolution est globalement solide sous l’optique de la dépense, et le marché du travail envoie lui aussi des signaux clairement positifs. Pour le proche avenir, les indicateurs précoces tablent sur une poursuite de l’expansion soutenue en Suisse et au niveau international. Les vents favorables de l’économie mondiale continuent de stimuler la conjoncture. Les perspectives se sont encore un peu améliorées par rapport aux prévisions précédentes.

Dans ce contexte, le Groupe d’experts s’attend à une nouvelle progression vigoureuse du PIB suisse durant les trimestres à venir. Pour 2018, il prévoit une croissance robuste de 2,4 % (prévisions de décembre 2017 : 2,3 %). Dans la seconde partie de la période prévisionnelle, la dynamique devrait légèrement s’essouffler dans les grands espaces économiques et, partant, en Suisse. Pour 2019, le Groupe d’experts table encore sur une croissance solide du PIB de 2,0 % (prévisions de décembre 2017 : 1,9 %).

La conjoncture mondiale florissante stimule la demande internationale de produits suisses et soutient ainsi le commerce extérieur. Les exportations devraient connaître une augmentation robuste et générale au cours des trimestres à venir, en particulier si le franc ne subit pas de pression à la hausse. Les exportations sensibles à la conjoncture et au taux de change, comme les machines, les métaux et le tourisme, devraient notamment profiter d’une évolution dynamique. Les industries chimique et pharmaceutique devraient, elles aussi, donner des impulsions positives. Dans l’ensemble, le Groupe d’experts s’attend à ce que le commerce extérieur contribue sensiblement à la croissance en 2018, mais également en 2019.

Les impulsions livrées par l’économie mondiale stimulent aussi indirectement la demande intérieure. S’inscrivant dans le contexte international, la dynamique positive observée pour les investissements en biens d’équipement devrait se poursuivre durant la période prévisionnelle. Les carnets de commandes des entreprises industrielles sont bien remplis, l’exploitation des capacités a atteint son niveau le plus élevé de ces dernières années et les conditions de financement sont bonnes. Les récentes enquêtes menées auprès des entreprises indiquent en outre une activité d’investissement soutenue. Par contre, la consommation devrait afficher une croissance modérée dans les trimestres à venir. Même si l’on observe une nouvelle embellie sur le marché du travail, les salaires réels ne devraient guère augmenter dans un avenir proche. La croissance de la consommation devrait néanmoins s’accélérer quelque peu dans la seconde partie de la période prévisionnelle. Selon le groupe d’experts, les investissements dans la construction devraient se consolider à un niveau élevé. Des logements vacants à la hausse et des entrées de commandes modestes laissent présager un ralentissement de l’activité de construction.

La situation conjoncturelle favorable a également un impact sur le marché du travail. Le chômage est en régression constante depuis l’été 2016 et l’emploi a considérablement augmenté au cours du 2e semestre 2017. Des indicateurs précoces portant sur le marché du travail signalent que la croissance économique dynamique favorisera une nouvelle amélioration durant les trimestres à venir. Le Groupe d’experts prévoit par conséquent une hausse marquée de l’emploi (1,3 % en 2018 et 1,0 % en 2019) et une nouvelle baisse du chômage (2,9 % en 2018 et 2,8 % en 2019).

Soutenu par l’augmentation du prix du pétrole et des prix à l’importation, le renchérissement devrait connaître une croissance modérée, pour s’inscrire à 0,6 % en 2018. En raison de la situation conjoncturelle florissante, la pression sur les prix devrait aussi s’accentuer quelque peu en Suisse durant la période prévisionnelle. Pour 2019, le Groupe d’experts table par conséquent sur une nouvelle hausse légère du renchérissement, pour atteindre 0,7 % en moyenne annuelle.

Risques conjoncturels
À court terme, les risques positifs et les risques négatifs pour l’économie mondiale sont équilibrés. La reprise mondiale pourrait durer plus longtemps que prévu, et le franc pourrait continuer de se déprécier si la situation économique mondiale reste propice. Tous deux viendraient stimuler encore l’économie suisse.

Les mesures protectionnistes récemment annoncées par les États-Unis représentent par contre un risque pour la conjoncture mondiale. Les droits de douane d’ores et déjà prévus sur les importations de métaux ne devraient guère concerner l’économie suisse. Toutefois, une escalade qui déboucherait sur une guerre commerciale entre les grandes zones économiques pourrait donner un coup de frein considérable. Même si la situation sur les marchés financiers s’est quelque peu stabilisée ces dernières semaines, le risque de turbulences, déclenchées notamment par une normalisation plus rapide qu’escompté de la politique monétaire américaine, demeure. Le franc pourrait ainsi subir une nouvelle pression à la hausse.

À cela s’ajoute une certaine insécurité politique à l’échelle internationale. En Italie, la composition du nouveau gouvernement au lendemain des élections parlementaires s’annonce comme un exercice difficile. Les modalités du Brexit ne sont toujours pas fixées, et les relations entre la Suisse et l’UE comportent des incertitudes. Enfin, en Suisse, le secteur de la construction pourrait subir une correction plus forte qu’escompté.

*Vous trouverez de plus amples informations sur les prévisions conjoncturelles du Groupe d’experts dans la publication trimestrielle du SECO intitulée Tendances conjoncturelles, disponible en ligne (www.seco.admin.ch/tendances‐conjoncturelles) ou au format papier en annexe de la revue La Vie économique (www.lavieeconomique.ch).


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 12.02.2020

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
courriel

Porte-parole

Nadine Mathys
tél. +41 58 481 86 47
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-70141.html