Perturbateurs endocriniens

Les substances intervenant dans le système hormonal peuvent être classées en deux groupes :
a) Substances actives sur le système endocrinien :
     les produits chimiques industriels, phytosanitaires, biocides et
     pharmaceutiques ainsi que des composants végétaux naturels peuvent
     contenir des substances actives sur le système endocrinien et influencer
     le système hormonal.
     Cet effet (indésirable) est dû au fait que de telles substances peuvent
     imiter des hormones naturelles qui régulent de nombreuses fonctions
     corporelles chez l’être humain et les animaux.

1
Hypothalamus 4 Thyroïde 7
Pancréas
2 Epiphyse 5 Thymus 8
Testicules
3 Hypophyse 6 Surrénales 9 Ovaires
Abbildung 1: menschliches Hormonsystem
Fig. 1: le système hormonal humain

b) Perturbateurs endocriniens : les substances actives sur le système
     endocrinien désignées comme des perturbateurs endocriniens (PE)
     sont uniquement celles qui modifient les fonctions du système hormonal
     en entraînant des effets néfastes sur la santé d’un organisme, de ses
     descendants ou d’une population entière.

L’OMS (2002) définit le terme « Perturbateur endocrinien » comme suit :
« Un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange exogène altérant les fonctions du système endocrinien et induisant de ce fait des effets nocifs sur la santé d'un organisme intact, de ses descendants ou au niveau de (sous)-populations entières. »

Que fait la Confédération ?
En 2015, la Confédération a mis sur pied un groupe de travail interdépartemental représentant toutes les unités concernées (OFSP, OFEV, OFAG, OSAV, SECO et Swissmedic) afin de traiter des perturbateurs endocriniens. Le secteur Produits chimiques et travail du SECO y représente les aspects relatifs à la protection des travailleurs.
Le groupe de travail a pour objectif d’assurer l’échange réciproque d’information et de coordonner les activités impliquant plusieurs offices. De plus, ses représentants participent activement aux comités internationaux.
Une fiche d’information destinée au grand public a été élaborée en 2017. Elle explique les principes des perturbateurs endocriniens et présente l’état actuel des connaissances sur le sujet (Fiche d'information Perturbateurs endocriniens 2017).

Exemple issu du monde du travail :
Plusieurs branches utilisent le phtalate pour assouplir les matières plastiques (p. ex. dans les revêtements de sol, les papiers peints, les emballages alimentaires) dans le PVC souple (chlorure de polyvinyle). L’industrie chimique en Europe occidentale produit environ un million de tonnes de phtalate chaque année. Depuis 2015, quatre des phtalates les plus fréquents, à savoir le BBP (butylbenzyl phtalate), le DEHP (di(2-ethylhexyl) phtalate), le DBP (dibutyl phtalate) et le DIPB (di-iso-nonyl phtalate), ne peuvent plus être mis en circulation ou utilisés sans autorisation en raison de leurs propriétés toxiques pour la reproduction.

Ces quatre substances ont été reconnues comme des PE, ce qui souligne davantage encore leur dangerosité. Les travailleurs peuvent en tout temps, de la matière première au produit fini, être amenés à rentrer en contact avec les phtalates, raison pour laquelle il est nécessaire de prendre des mesures de protection appropriées.

Des renseignements supplémentaires sont disponibles sur la page Web du Programme national de recherche PNR 50 « Perturbateurs endocriniens: Importance pour les êtres humains, les animaux et les écosystèmes » (PNR50)

Dernière modification 05.03.2019

Début de la page

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/Arbeit/Arbeitsbedingungen/Chemikalien-und-Arbeit/Projekte-und-Dokumente/endokrine_disruptoren.html