Le produit intérieur brut au 2e trimestre 2014

Berne, 02.09.2014 - Le produit intérieur brut (PIB) réel de la Suisse est resté inchangé au 2e trimestre par rapport au trimestre précédent (0,0 %)*. La contribution légèrement négative de la balance commerciale des marchandises et des services à la croissance du PIB a été contrebalancée par les impulsions positives livrées par la consommation privée; la contribution des investissements (construction et équipements) était quasiment neutre pour le PIB. Du côté de la production (valeur ajoutée par branche), l’industrie, le commerce de gros et les services financiers (soit environ 40 % du PIB) n’ont livré aucune impulsion significative à la croissance. La valeur ajoutée des domaines d’activités proches de l’Etat a également stagné dans l’ensemble. En glissement annuel, le PIB a augmenté de 0,6 % au 2e trimestre 2014.

Au cours du 2e trimestre 2014, les dépenses des ménages privés et des institutions privées sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) ont progressé de 0,2 % par rapport au trimestre précédent. Les rubriques logement et loisirs, en particulier, ont livré une contribution positive, contrairement aux dépenses de santé. Quant aux dépenses de consommation de l’Etat et des assurances sociales, elles ont connu, pour la deuxième fois de suite, une évolution négative (-0,3 %).

La formation brute de capital fixe est restée inchangée par rapport au trimestre précédent (0,0 %). Tandis que les investissements en biens d’équipement ont bénéficié des investissements en matière d’informatique et de véhicules (+0,7 %), les investissements dans la construction ont reculé dans la même proportion (-0,7%).

Les exportations de marchandises (hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités) ont enregistré une hausse de 0,7 % au 2e trimestre 2014, en particulier grâce aux exportations de bijouterie. Les exportations de produits chimiques et pharmaceutiques ont elles aussi livré des impulsions légèrement positives, contrairement à celles de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, en recul.

Les importations de marchandises (hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités) ont progressé de 0,7 % au 2e trimestre, en particulier en ce qui concerne la chimie/pharmacie, mais aussi les machines et les appareils électroniques, ainsi que les métaux. Par contre, la rubrique des instruments de précision, de l’horlogerie et de la bijouterie a enregistré un recul.

Les exportations de services (tourisme inclus) se sont accrues de 0,6 % par rapport au trimestre précédent. Les importations de services (tourisme inclus) ont connu également une évolution positive (+2,4 %).

Du côté de la production, dans de nombreuses branches la valeur ajoutée est restée pratiquement inchangée entre le 1er et le 2e trimestre 2014. L’industrie et le secteur de l’énergie et de l’eau ont livré des impulsions légèrement positives sur la croissance du PIB; par contre, la valeur ajoutée du secteur financier et de certains domaines économiques proches de l’Etat a stagné, voire légèrement reculé.

Pour le troisième trimestre consécutif, le déflateur du PIB n’a pas bougé (0,0 % de variation au deuxième trimestre de 2014 par rapport au même trimestre de l’année précédente). Le déflateur de la consommation privée a reculé de 0,2 %, dans la ligne de l’évolution négative constatée depuis pratiquement douze trimestres. Les prix des biens d’équipement ont eux aussi continué à fléchir (-0,3 %), et ceux de la construction n’ont que très légèrement crû (+0,2 %). Une baisse des prix a également été constatée dans le commerce extérieur (-0,7 % en ce qui concerne les exportations, -0,5 % en ce qui concerne les importations)**.

Révision des Comptes nationaux (CN)
Les résultats trimestriels du PIB commentés dans le présent communiqué de presse ont été établis pour la dernière fois dans le cadre du système européen des comptes nationaux et régionaux de 1995 (SEC 1995). Le passage au SEC 2010 entraîne une révision conceptuelle et méthodologique des valeurs trimestrielles et annuelles des comptes nationaux. En date du 30 septembre prochain, des nouveaux résultats trimestriels et annuels du PIB seront publiés selon le SEC 2010 (valeurs historiques et nouvelle estimation des deux premiers trimestres de 2014). Ce passage du SEC 1995 au SEC 2010 s’effectue simultanément en Suisse et dans les autres pays européens.

Outre la publication des nouveaux chiffres, les principales modifications apportées par la révision ainsi que leurs conséquences sur le PIB seront présentées et commentées par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et le SECO à l’occasion d’un point de presse qui aura lieu le 30 septembre 2014 à Berne, à 9 h 30 (bâtiment central du SECO, Holizofenweg 36).

Des informations sur cette révision sont déjà disponibles sous: Actualités OFS, Révision 2014 des Comptes nationaux: Principaux changements et impacts (disponibles en français et en allemand): 
http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/publikationen.html?publicationID=5517

* Les variations sont calculées à partir des données corrigées des variations saisonnières et de l’évolution des prix (les variations d’un trimestre à l’autre ne sont pas annualisées). L’adjectif "réel" est utilisé en lieu et place de la formulation officielle ("aux prix de l’année précédente, séries chaînées, année de référence 2005"). Dans la terminologie officielle, il est aussi question d’"évolution en volume". Les commentaires concernant l’évolution de l’indice des prix se fondent sur les variations par rapport au même trimestre de l’année précédente des données non corrigées des variations saisonnières.

** Nos commentaires sur les évolutions des prix des exportations et des importations se réfèrent au total "marchandises et services, hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités" (soit le total du commerce extérieur selon "Total 1").


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 20.03.2019

Début de la page

Contact

Demandes de medias

Veuillez adresser vos demandes de medias écrites à medien@seco.admin.ch  

Cheffe de la Communication et porte-parole

Antje Baertschi
tél. +41 58 463 52 75
fax +41 58 462 56 00
courriel

Chef suppléant de la Communication et porte-parole

Fabian Maienfisch
tél. +41 58 462 40 20
fax +41 58 462 56 00
courriel

Porte-parole

Livia Willi
tél. +41 58 469 69 28
fax +41 58 462 56 00
courriel

Imprimer le contact

News - Abonnement

https://www.seco.admin.ch/content/seco/fr/home/seco/nsb-news.msg-id-54277.html